ELLE Février 2004

Connaissez-vous le coaching immobilier ?
février 2004

Après New York, voici que les « chasseurs d’appartements », appelés « Flat Hunter®s », déferlent sur Paris. Certes, ils vous font gagner du temps en cherchant pour vous un appartement et en vous évitant des visites inutiles. Mais est-ce vraiment la bonne solution ?

NE PAS CONFONDRE AVEC LES « VENDEURS DE LISTE ». Ce système est une véritable escroquerie : on vous fait verser une cotisation, en échange de laquelle on vous promet l’accès à de nombreuses offres de locations. En réalité, les offres sont inintéressantes, et parfois on ne vous en propose même pas !

 

L’avis de Jean-Michel Guérin, directeur général de l’hebdomadaire « De Particulier à Particulier ».

 

Les chasseurs d’appartements sont-ils efficaces ?

Oui, pour qui en a vraiment besoin. C’est-à-dire des gens qui n’ont pas le temps de chercher eux-mêmes ou qui n’habitent pas sur place. Ils vous évitent de visiter des produits sans intérêt. Ça marche dans les grandes métropoles et pour des gens qui ont un beau budget.

 

Les Flat Hunter®s prétendent être les premiers informés des produits mis en vente grâce à leurs réseaux (notaires, particuliers, marchands de biens, promoteurs, agences…). Qu’en pensez-vous ?

En tout cas, ils ne peuvent pas accéder aux annonces du « Particulier à Particulier » avant les autres ! Leur avantage, c’est qu’ils font des recherches à plein temps. Ils peuvent donc être à l’affût toutes les heures sur le Net, et rebondir illico si une annonce leur semble intéressante.

 

Pensez-vous qu’ils soient utiles pour aider à négocier ou à trouver le meilleur financement ?

Je n’y crois pas. Les accédants à la propriété sont très informés sur la recherche de financement, sur les conditions techniques à remplir (plomb, amiante, termites). Quant à la négociation du prix, je ne pense pas non plus qu’un chasseur soit utile. Les accédants savent négocier et, finalement, tout se vend toujours au prix du marché.

 

Qu’est-ce qui me garantit que le chasseur va trouver, et ne va pas faire durer le plaisir ?

Je n’ai pas entendu parler d’arnaques. Le chasseur est censé faire au préalable une analyse affinée de vos besoins, puis de vous faire un compte rendu quotidien de ses trouvailles. Le problème, c’est qu’il est très difficile de transmettre exactement ses goûts à une tierce personne. Quand on achète, on fait toujours des compromis, sans savoir exactement à l’avance sur quoi on va céder. Or, on a fait au chasseur une description très objective de ce qu’on veut, et il est emprisonné dans ces critères. Ainsi, vous dites que vous cherchez un quatre- pièces plein sud dans le 15e. Si vous cherchiez seuls, vous finiriez peut-être par craquer sur un cinq-pièces ouest à Malakoff, pour le même prix. Le chasseur, lui, ne peut pas faire les concessions pour vous. Il ne peut « mûrir » la recherche à votre place.

 

Katell POULIQUEN