Le projet d’urbanisme du Grand Paris offre de nouvelles opportunités de déplacement avec un élargissement des zones desservies par les transports en commun, ainsi qu’une meilleure communication entre les zones urbaines.

D’ici 2030, l’Ile-de-France verra sa population globale augmenter de 50 000 à 70 000 ménages selon l’IEIF. L’accroissement constant de la population soulève le problème de la saturation du parc locatif parisien. Ce phénomène va certainement profiter aux investisseurs qui observent déjà une hausse de la demande depuis l’annonce du projet du Grand Paris. Grâce à la multitude des zones prochainement desservies, la demande locative a de grandes chances de s’étendre à l’ensemble de l’Ile-de-France.

À St-Ouen, l’annonce du prolongement de la ligne 14 pour 2019 a déjà provoqué une net augmentation des prix (+15% en un an), pour arriver à 4 500 €/m². Dans les Hauts-de-Seine, à Gennevilliers, les prix sont aujourd’hui aux alentours de 3 000 €/m², mais ne tarderont pas à croître et permettront de réaliser des plus-values, ce qui offre de belles opportunités aux marchands de biens.

Par conséquent, l’investissement massif dans les zones prochainement desservies donne déjà lieu à de fortes spéculations immobilières. De plus, la mesure de plafonnement des loyers de la loi ALUR pousse les investisseurs vers les villes mitoyennes à Paris, où le coût des investissements immobiliers est moindre, ce qui permet une meilleure rentabilité des locations.